Comment s’assurer quand on est un photographe professionnel ?

Ça y est, vous avez décidé de vous lancer en tant que photographe professionnel, mes félicitations ! 😀

Il vous faudra donc choisir un statut spécifique, mais comme expliqué dans mes précédents articles et celui-ci, le statut d’auto-entrepreneur peut être avantageux pour vous lancer grâce, notamment, à sa facilité.
Cependant, on se lance parfois en oubliant de se protéger. Or il est important de se questionner également sur les assurances utiles, voire même obligatoires.

Et si on voyait ensemble comment s’assurer au mieux ?

Se protéger contre les arrêts de travail

Que se passe-t-il si, suite à un accident ou une maladie, vous ne pouvez plus travailler pendant une durée plus ou moins longue ?

L’assurance prévoyance que vous offre votre régime obligatoire vous permet de bénéficier d’une indemnisation qui variera en fonction de la situation. Mais cette couverture peut être trop faible pour maintenir votre niveau de vie. A titre d’exemple, en tant que photographe professionnel, vous relevez de la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI). Cette dernière peut vous proposer des indemnités journalières pouvant aller de 5,37 € à 55,51 € si votre revenu d’activité annuel moyen des trois dernières années civiles est supérieur à 3 919,20 €. Dans le cas contraire, vous ne pourrez pas bénéficier d’indemnités.

Mais il est aussi possible de souscrire une assurance prévoyance auprès d’un assureur ou d’un courtier afin de compléter cela ! Ainsi, vous pourrez maintenir votre confort de vie ou même soutenir vos proches au mieux grâce aux différentes garanties d’un tel contrat d’assurance prévoyance :

  • La garantie Arrêt de travail : qui permet d’obtenir des indemnités journalières en cas de maladie ou d’accident qui vous empêcherait de travailler (copains motards, nous sommes concernés !).
  • La garantie Décès : qui permet de constituer un capital qui sera versé à vos bénéficiaires si vous disparaissez (ce qu’on ne vous souhaite pas…)
  • La garantie Perte Totale et Irréversible d’Autonomie (PTIA) : qui vous permet de bénéficier d’un capital ou d’une rente si vous perdez votre autonomie, ainsi vous pourrez aménager votre domicile ou bénéficier d’une aide à domicile sans vous ruiner par exemple.
  • La garantie Invalidité (totale et définitive ou partielle) : qui vous permet de bénéficier là aussi d’une rente ou d’un capital si vous ne pouvez plus exercer votre métier, afin de vous soutenir dans cette situation difficile.

Dans le cadre d’une souscription, ces garanties de prévoyance peuvent être personnalisables afin de s’adapter au mieux à vos besoins, mais aussi à votre budget (ouf !). Elles peuvent également différer d’une compagnie à une autre. Il est donc important de bien s’informer afin de comprendre chacune de ces garanties 😉

Pour en savoir plus sur la prévoyance pour les auto-entrepreneurs, j’ai un super partenaire qui pourra bien vous renseigner ou vous assurer :

https://bonne-assurance.com/prevoyance/actualites/2018/05/28/creation-micro-entreprise-tout-savoir-sur-lassurance-prevoyance/

Existe-t-il un autre contrat d’assurance sur lequel se pencher ?

En réalité, il y a plusieurs contrats d’assurance qui peuvent être intéressants si vous décidez de vous lancer en tant que photographe professionnel, tant en termes de santé, que d’assurance de biens, voire même de responsabilité civile.

Une mutuelle santé

Les frais de santé peuvent être très coûteux, et cela, malgré le remboursement de base des régimes obligatoires. Un contrat de mutuelle santé (ou de complémentaire santé) peut vous permettre de diminuer les frais de santé restant à votre charge en remboursant tout ou une partie de ces derniers. Pensez cependant à bien adapter ce contrat à vos besoins : si vous portez des lunettes, vous pouvez, par exemple, appliquer un renfort sur ce poste afin d’être remboursé au mieux sur ce poste des plus coûteux.

Les contrats de responsabilité civile

Il existe différents contrats de responsabilité civile qui peuvent être importants pour la pratique de votre activité :

  • La responsabilité civile professionnelle (RC Pro) : qui, bien que non obligatoire, est presque essentielle. En effet, elle vous couvre si vous ne pouvez honorer votre contrat pour une raison ou une autre, ou couvre les dommages que vous pouvez causer à vos clients, en cassant quelque chose chez eux, par exemple. Personnellement, je dispose d’une RC Pro car mon matériel studio est souvent encombrant et que je ne suis pas à l’abri d’une chute de projecteur contre un mur, par exemple. Touchons du bois, même si je fais quotidiennement attention :p
  • La responsabilité civile exploitation : qui couvre, cette fois-ci, les dommages causés à des tiers au cours de la vie quotidienne de l’entreprise, sans qu’ils soient liés à la réalisation de vos services. Par exemple, un client se fait mal à l’occasion d’un rendez-vous dans vos bureaux.

Les contrats d’assurance de biens

Il est aussi possible de souscrire une assurance pour protéger vos biens :

  • Une assurance multirisque professionnelle : si vous louez un studio par exemple. Elle n’est pas obligatoire, mais peut être exigée dans le contrat de location.
  • Une assurance pour votre matériel : là encore, cette assurance n’est pas obligatoire, mais elle peut être très utile. Pensez cependant à vérifier les clauses de vos autres contrats : votre matériel de photographie peut être déjà couvert à travers votre assurance multirisque professionnelle par exemple.

Me concernant et suite à une agression, je fais désormais assurer tout mon matériel chaque année, ne serait-ce que pour la sensation de sécurité qui en découle.

Si vous pensez avoir besoin de plus d’informations sur un de ces contrats d’assurance, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre assureur ou même d’un courtier en assurances 😉

Bonnes missions à tous, en toute sérénité !

Partagez l'article sur votre réseau préféré !

Vous aimeriez peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *